« With or without you ? »

par Gabriel Blondel.

Ce dimanche 17 mars 2019 restera à jamais gravé dans les annales du football français. Après 8 ans de disette dans le Classique du championnat de France et 18 matchs sans victoire face au PSG, l’OM est parvenu à mettre fin à cette série noire qui durait depuis le 27 novembre 2011. Jean-Claude Gaudin, maire historique de la ville, a d’ores et déjà validé le projet de construction d’une statue à l’effigie du nouveau héros de toute un stade, de toute une ville, de tout un peuple, Mario Balotelli. Auteur d’un doublé retentissant et d’un but rappelant l’incroyable slalom de Didier Drogba contre Newcastle en 2004, il permet aux Phocéens de s’imposer 2 buts à 1 avant de rejoindre Adrien Rabiot, en boîte de nuit, pour fêter conjointement cette performance historique. Marseille fait tomber le grand Paris qui s’enfonce encore un peu plus dans la crise suite à son élimination contre la crèche de Manchester United en huitièmes de finale de la Champions League.

« Why Always you Mario ? » Because you are trop rarement présent dans les grands matchs. Ce scénario décrit ci-dessus aurait dû se dérouler si Super Mario ne nous avait pas fait une « Neymar » comme on dit désormais dans le jargon footballistique. Pour prendre des selfies et jouer à Pierre-Feuille-Ciseaux contre Nice, Dijon ou Amiens il y a du monde, mais dès qu’il faut faire face à des Thiago Silva, Marquinhos, Verratti et consorts, là il n’y a plus personne.
Le film du match avant le match, sans Balotelli, c’est maintenant.

Samedi 16/03, veille du match.

18h30 — Coup de tonnerre sur la Canebière. Mario Balotelli, malade, ne monte pas dans l’avion direction la capitale, au plus grand dam de ses coéquipiers.

19h45 — A peine arrivé à Paris, Jacques-Henry Eyraud rallume déjà son IPhone 13s pour passer un coup de fil à Galatasaray afin de rapatrier « celui qui peut marquer à tout moment ». En vain, Mitroglou « se queda » en Turquie.

20h02 — Désespéré, le président de l’OM contacte Mohammed Henni pour savoir s’il est disponible pour évoluer en pointe aux côtés de Valère Germain. Coincé dans les embouteillages aux abords du Darty où il vient d’y acheter un nouvel écran plat, celui-ci répond : »Désolé je suis allergique aux épis de maïs. » Bah ouais… logique.

21h30 — En apprenant les dernières nouvelles, Rudi Garcia avale de travers sa tisane goût citron-gingembre et prépare sa nuit blanche où il se cassera la tête à revoir son schéma tactique et sa composition d’équipe.

Dimanche 17/03, jour du match.

10h30 — Rudi Garcia a fait ses choix et annonce à Payet, Rami et Strootman leurs retours dans le onze de départ. Dans la foulée, Adil et sa moustache préviennent Pamela qu’ils arriveront plus tard que prévu au Ritz ce soir.

13h20 — Alors que le Fouquet’s brûle sous les cocktails molotov des Black Blocks, Manu demande à Brigitte du haut d’un télésiège dans les Hautes-Pyrénées : « Bon il est dans ce putain de groupe Balotelli ce soir ou pas ? »

15h00 — Kylian Mbappe se réveille de sa nuit et écrit à Presnel Kimpembe : »Gros, ce soir ne fait pas preuve de suffisance. »

16h15 — Mohammed Henni vient de jeter la dernière assiette restante dans son placard en criant : « Ce soooooiiiir c’eeeeeest Match ! Match ! »

19h03 — Début du Canal Football Club sur Canal +, Hervé Mathoux ouvre l’émission de la façon suivante : « L’Olympique de Marseille, orphelin de son attaquant star Mario Balotelli, aura très peu de chances de l’emporter face aux Parisiens ce soir. Mais il existe encore des raisons d’y croire. N’est-ce pas Dominique Armand ? » Ce dernier répond : »Oui en effet, sachant que la dernière victoire de l’OM sur le PSG remonte à Novembre 2011 sur le score de 3-0 et que nous sommes aujourd’hui le 17 mars 2019. Si l’on divise l’année, 2011, par le score 3-0 donc 30, cela nous 67; et si l’on divise ce chiffre par la racine du jour où nous sommes, soit 17, cela nous donne 23, soit 2-3 pour l’OM. Donc attention… »

19h13 : 10 minutes plus tard, Pierre Ménès cherche toujours à comprendre la logique de la statistique donnée par Dominique Armand.

20h58 — Les 22 acteurs entrent sur la pelouse d’un Parc des Princes aux tribunes clairsemées. Jean-Eude et Edouard ont décidé de devenir supporter de Manchester City maintenant.

21h00 — L’arbitre, Rémy Buquet siffle le coup d’envoi, sous la bronca du Parc.

21h01 — Les ultras de la tribune Auteuil dévoilent leur banderole hostile où on peut y lire : »Vous faites la honte de notre club. Vous ne méritez pas notre passion bande de baltringues ».

21h02 — Nouvelle banderole déployée, cette fois dans le parcage des supporters marseillais, avec inscrit : « 930 millions d’euros dépensés pour finir avec Choupo-Monting en pointe. »

21h05 — Payet, aligné au poste de numéro 10, trouve Valère Germain dans la profondeur d’une passe lumineuse. Mais le « Maïs Bonduelle » rate son duel face à Aréola et voit sa frappe frôler le montant droit du gardien parisien.

21h13 — Accélération, virgule, petit-pont sur Rami, frappe. But de Kylian Mbappe. La domination marseillaise n’aura même pas duré un quart d’heure. 1-0.

21h17 — Florian Thauvin tente de relancer les siens en déboulant sur le côté droit. Mais impressionné par la prestance de l’international français, Layvin Kurzawa, il s’emmêle les pinceaux et trébuche en tentant de le crocheter.

21h30 — Blessé dans son orgueil par la provocation des supporters olympiens, l’attaquant camerounais Eric Choupo-Moting, marque d’un pointu suite à un cafouillage dans la surface marseillaise. Congratulé par son acolyte Kylian , Eric-Maxime lui murmure à l’oreille : »Un jour je t’apprendrai petit. »

21h45 — Mi-temps. 2-0. Le match semble déjà plié.

22h00 — Coup d’envoi de la seconde période. Rudi Garcia joue son atout et décide de faire entrer Clinton Njie, alias de « Messi Camerounais ».

22h05 — Reboostés par le discours de leur entraîneur dans le vestiaire, les Phocéens se ruent sur la cage d’Areola et tentent de recoller au score. Dimitri Payet, toujours aussi à l’aise techniquement, trouve Bouna Sarr sur l’aile droite. Mais son centre au 8ème poteau ne trouve malheureusement pas preneur.

22h15 — Les Parisiens, pour qui le Classique est devenu tout aussi banal qu’un match contre Nantes ou Dijon, dominent outrageusement le match et passent leurs nerfs sur une équipe marseillaise totalement impuissante.

22h21 — Le petit Prince du Parc, Kylian Mbappe, marque le 3ème but parisien de la soirée et signe un nouveau doublé avant de servir quelques minutes plus tard, le jeune Nkunku, en grande forme ces derniers temps, dans un fauteuil. Plat du pied sécurité 4-0.

22h32 — Finissant la rencontre en roue libre, les hommes de Thomas Tuchel se déconcentrent et laissent l’inévitable Njie envoyer son extérieur du pied droit directement en touche. Voilà de quoi se rappeler la finale de l’Europa League de la saison dernière contre l’Atletico Madrid.

22h45 — Coup de sifflet final, 4-0. Il n’y a pas eu de match. C’est à se demander pourquoi l’on continue d’appeler un PSG-OM, un « Classique »...

22h48 — Stéphane Guy jubile, Marseille est relégué à 30 points de son adversaire du soir et à 6 points de l’Olympique Lyonnais qui conforte sa place sur le podium.

22h50 — Mario Balotelli, présent en tribunes durant tout le match, annonce sur sa Story Instagram qu’il ne restera finalement pas à l’OM la saison prochaine.

23h22 — Désabusé et une nouvelle fois déçu par son équipe de cœur, Momo Henni détruit sa 40e télévision de la saison, qu’il venait d’acheter 24 heures plus tôt, en s’écriant : »Palmarès de l’OM, on a eu Mario Balotelli pendant 5 matchs. Nuuuuuul. »


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s